Les traductions de Baudelaire en Amérique Latine : rhétoriques et moules d’écriture

Main Article Content

Ana María Gentile

Abstract

L’étude des influences et des dialogues littéraires, qui fait l’objet de la littérature comparée, acquiert une nouvelle dimension si nous ajoutons à l’analyse la perspective traductologique, discipline de plus en plus autonome dont les approches enrichissent les points de vue sur les traductions et leur rôle dans un système littéraire et culturel d’accueil. Loin d’une conception de la traduction comme une simple opération de passage opéré entre deux langues, les dernières réflexions, dont une source incontournable est la célèbre préface de Walter Benjamin intitulée « La tâche du traducteur » aux Tableaux Parisiens baudelairiens, remarquent l’aspect créatif et non ancillaire de cette sorte de réécriture productive. C’est dans ce cadre théorique que le présent travail se propose de retracer les traductions de l’oeuvre de Charles Baudelaire en Amérique Latine et de réfléchir sur les rhétoriques et les moules d’écriture qui opèrent dans les versions en espagnol. Plus particulièrement, nous nous demandons sur quelle rhétorique poétique le traducteur crée son poème en espagnol et en même temps quel est le moule d’écriture suggéré par la traduction dans l’invention d’une langue dont l’esthétique oscille entre la sublimation et la cruauté propres au style baudelairien. Pour ce faire, nous prenons le cas de quelques poèmes des Fleurs du Mal et des Tableaux Parisiens.

Article Details

Keywords
traductions
How to Cite
GENTILE, Ana María. Les traductions de Baudelaire en Amérique Latine : rhétoriques et moules d’écriture. AmeriQuests, [S.l.], v. 12, n. 1, sep. 2015. ISSN 1553-4316. Available at: <http://ameriquests.org/index.php/ameriquests/article/view/4002>. Date accessed: 22 nov. 2017. doi: https://doi.org/10.15695/amqst.v12i1.4002.