Un survol de la littérature et la censure

Main Article Content

Christine Umutoni

Abstract

Par le billet de ce compte rendu de Bernard Joubert, Anthologie Érotique de la Censure (Paris : Éditions de La Musardine, 2001) nous aimerions inciter d’autres chercheurs à analyser d’autres aspects de la littérature dite obscène. C’est une littérature riche en plusieurs aspects et qui a été sous-estimée et ignorée. Sa dure traversée en vue de la liberté fut exactement semblable à celle de la condition féminine qui, malgré la bonne volonté de ses partisans ne s’est pas répandue partout dans le monde. Cependant, il faut espérer que grâce aux chercheurs de bonne volonté comme Bernard Joubert, cette littérature trouvera la place qui lui revient, étant donné que le sexe est quelque chose qui fait partie de l’être humain. Cependant, il faut tenir en compte que l’être humain est doué de la capacité de distinguer le bien du mal. Ainsi, si nous prétendons vivre dans un monde libre, il faut que cette liberté soit réelle et que chacun respecte les opinions d’autrui. La multiplicité du genre humain est ce qui constitue sa richesse, mais aussi un sage est celui qui sait accepter les opinions d’autrui. En ce qui concerne l’art, interdire une œuvre d’art sous prétexte d’outrage à la morale est un signe de platitude d’esprit. Toute forme de littérature a une relation étroite avec la société dans laquelle elle est conçue. Enfin, « There is no dirt for art’s sake.»

Article Details

How to Cite
UMUTONI, Christine. Un survol de la littérature et la censure. AmeriQuests, [S.l.], v. 8, n. 1, july 2011. ISSN 1553-4316. Available at: <http://ameriquests.org/index.php/ameriquests/article/view/243>. Date accessed: 18 oct. 2017. doi: https://doi.org/10.15695/amqst.v8i1.243.